Accueil du site > Moteur et technologie > L’impact environnemental des batteries

L’impact environnemental des batteries

mardi 3 novembre 2009, par Hybride

Bien que les voitures hybrides consomment moins de pétrole que les voitures classiques, il reste encore une question concernant la dégradation de l’environnement de la batterie du véhicule hybride et, dans certain cas, les éventuels conséquences médicale.

La plupart des batteries de voitures hybrides actuellement sont de deux types :

- Hydrure métallique de nickel
- Lithium-ion

Toutes deux sont considérés comme plus écologiques que les batteries à base de plomb qui constituent l’essentiel des batteries de voitures actuelles.

Cependant, selon Jim Kliesch, auteur du remarquable "Aceee’s Green Book : The Environmental Guide to Cars and Trucks", "Il existe de nombreux types de batteries. Certains sont beaucoup plus toxiques que d’autres. On sait tous que l’acide des batteries plomb et le nickel cadmium sont incroyablement néfastes pour l’environnement, mais il semble que les niveaux de toxicité et l’impact environnemental des batteries nickel-métal-hydrure du type de celles utilisées actuellement chez les hybrides les plus récentes sont nettement plus bas. ".

Certaines études tendent également à montrer que les batteries à base de nickel peuvent s’avérer cancérigènes, et pourraient causer une variété d’effets tératogènes [1] . On sait notamment depuis les années 80 que le cadmium qui est couplé au Nickel est redoutable : En Angleterre les salariés de l’industrie des batteries au nickel-cadmium présentent un excès de cancer prostatique et pulmonaire attribué à une exposition à l’oxyde de cadmium. [2]

On peut également souligner les problèmes de recyclage des batteries de solutions purement électrique ou hybride, ainsi que le problème de ressources qui se poserait si le nombre de véhicules devait considérablement augmenter.

Ce problème de recyclage s’avère visiblement plus important pour (une fois de plus) les batteries nickel [3], puisque aujourd’hui celui des batterie au Lithium est déjà assuré à 98%, notamment avec la technologie toute récente de Recupyl [4] qui pourrait à terme s’appliquer aux batteries de voitures hybrides.

L’idée de cet article n’est bien entendu pas de remettre en cause les voitures hybrides, mais d’un tant soit peu, pousser les constructeur à travailler sur l’impact environnemental et médical de leurs technologies. Également à ce que ces derniers (notamment Toyota) se dirigent rapidement vers les modèles Lithium-ion qui semblent beaucoup moins nocifs.

Il reste alors technologiquement à faire des efforts sur les batteries Lithium-ion qui bien qu’ayant des performances bien meilleures que celles au Nickel, semblent moins bien supporter de forts courants de charge et de décharge et sont moins sûres en cas de surchauffe.

Notes

[1] Se dit de toute substance pouvant provoquer un développement anormal de l’embryon et conduisant par là même à des malformations.

[2] Sorahan T. and Waterhouse J.A.H. (1983) - Mortality study of nickel-cadmium battery workers by method of regression models in life tables. Br J Ind Med, 40, 293-300

[3] Leurs fabrication et recyclage doivent néanmoins être effectués très soigneusement, par exemple l’hydroxyde de potassium réagit violemment avec l’eau, il est irritant et corrosif pour la peau, les yeux, les voies respiratoires et digestives.

[4] En savoir plus http://www.enviscope.com/15358-Recupyl-batteries-lithium-recuperation.html


Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0